Gérer ses émotions pour perdre du poids, est-ce possible ?

Vote utilisateur: 4 / 5

Etoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles inactives
 

Notre alimentation est étroitement liée à nos émotions, notamment les grignotages que nous peinons à contrôler. Nous mangeons pour calmer peurs et angoisses, nous grignotons par ennui, pour trouver l’apaisement… Les émotions négatives favorisent chez nombre d’entre nous la prise alimentaire et les kilos s’accumulent rapidement. Découvrez comment nos émotions régissent notre poids et découvrez nos astuces pour les contrôler.

Des kilos émotionnels à la compensation

Deux principaux phénomènes expliquent que le stress et les émotions favorisent la prise de poids. C’est tout d’abord hormonal : le cortisol est sécrété par les glandes surrénales afin de pallier aux différentes sources de stress. Une exposition trop conséquente ou trop récurrente à des situations stressantes va augmenter la production de cortisol. En réaction à cette surproduction de cortisol, l’organisme passe en mode survie face à un risque réel ou imaginé et va stocker de l’énergie en convertissant les sucres en graisses sous forme de tissu adipeux, au niveau de l’abdomen. Si le stress est quotidien, les kilos s’additionnent et la masse grasse augmente en conséquence. Donc oui, la prise de poids peut avoir une cause hormonale.

Quand la faim psychologique l’emporte sur la faim physiologique

Un autre phénomène tend à expliquer ces kilos émotionnels : la faim psychologique, ou la consommation d’aliments dits de réconfort. La confrontation à des événements difficiles, qu’ils soient personnels ou professionnels (stress, contrariété, déception, phase dépressive…), peut nous inciter à compenser avec la nourriture. Deux cas de figure se distinguent : l’ingestion d’aliments à outrance pour oublier le reste ou la consommation de gourmandises sucrées ou salées liées à des souvenirs heureux ou à des saveurs de notre enfance. La consommation de produits sucrés en particulier permet de contrer une émotion négative grâce à la production de sérotonine, l’hormone dite du bien-être. Dans les deux cas, les kilos ont tendance à s’accumuler car nous mangeons sans réelle faim physiologique (les fameux gargouillis).

Gérer ses émotions pour perdre du poids ? Oui !

Il est important, dans un premier temps, d’identifier les émotions qui vous régissent lorsque vous grignotez. Pour ce faire, rien de tel que le carnet alimentaire. Ces prochains jours, notez absolument tout ce que vous mangez et relevez votre état d’esprit au moment de la prise alimentaire. Vous verrez très vite si vos prises alimentaires sont liées à vos émotions ou si elles sont tout simplement physiologiques (vous mangez parce que vous avez faim). Si vos émotions augmentent vos prises alimentaires (notamment les grignotages), il est possible d’agir. En amont tout d’abord, avant la prise alimentaire, en essayant de contrôler la situation de stress. La cohérence cardiaque peut être ici un bon exercice. C’est une forme de respiration rythmée à pratiquer 3 fois par jour (lors d'un pic de stress par exemple), durant 5 minutes à chaque fois, qui agit sur la perception du stress et donc indirectement sur la sécrétion de cortisol. Le principe est simple : respirer lentement, amplement et régulièrement en inspirant 5 secondes et en expirant 5 secondes, soit 6 cycles par minute. La cohérence cardiaque a maintes fois fait ses preuves dans la gestion du stress et la diminution de cortisol.

Faire évoluer les méthodes de compensation

Agir en aval est également possible, en choisissant une autre méthode de compensation. Ce peut être en oubliant les plaisirs sucrés ou salés au profit d’aliments qui vous procurent tout autant de plaisir mais qui sont sains. Remplacez par exemple les gâteaux par un fruit, une poignée de fruits secs ou un laitage. En cas de faim dite psychologique, il est également possible de pratiquer une activité qui vous procure un sentiment de bien-être. Se promener, prendre l’air, peut fortement contribuer à l’oubli de la faim psychologique et empêcher ainsi la compensation alimentaire. Un moment de stress ou un différend avec votre moitié ? Troquez la tablette de chocolat par un tour du quartier. Pensez enfin à favoriser les émotions positives : remplacez la nourriture par un cadeau pour vous, rien que pour vous ! Vous profiterez bien plus longtemps du livre qui vous fait tant envie que du paquet de bonbons. Vous l’avez compris, gérer ses émotions et les grignotages qui en découlent est possible : vous verrez que la perte de poids passe aussi par un bien-être permanent, un moral au beau fixe.

Sur le même sujet :
Perte de poids : ça passe aussi par la tête !
Voir le positif : se recentrer sur soi-même depuis la maison

Experts en santé et nutrition depuis plus de 10 ans

Confidentialité totale de vos données de santé

94% de nos clients ont atteint leur objectif

Paiement sécuriséPaiement sécurisé

Tous les droits sont réservés wecookwecare.com ©